mardi 10 juillet 2012

Une rencontre au festival de Mioussac 2012




Sybille Gofroid distribuait ses tracts aux terrasses des cafés de Mioussac, déposant sur les tables des flyers aux graphismes soignés, interpellant les festivaliers avec un petit topo qu'elle avait voulu simple, clair, efficace et drôle. Le Out avait déjà commencé depuis une semaine et le On venait tout juste d'ouvrir avec une pièce qu'elle avait vue la veille, grâce à un ami technicien qui avait travaillé sur son précédent projet présenté au Frigidaire de Flagonville. Mais elle n'avait pas pu entrer au bar du On où elle avait espéré rencontrer des partenaires potentiels pour son prochain projet. Elle pensait encore au spectacle de la veille, à cette gelée rose qui recouvrait le plateau, dans laquelle se déplaçait un élégant skieur, quand elle vit proche d'elle, s'installant à une table du Café 1900, Thérèse Navarian, la directrice du Transit de Bourzache. Sybille sentit son sang descendre et remonter, comme lorsqu'on sait qu'il faut se lancer du haut du pont ou s'interposer dans une bagarre. Elle s'approcha de Thérèse pour accomplir un acting out festivalier.
- Bonjour Thérèse, désolée de vous déranger, je m'appelle Sybille Gofroid, je suis chorégraphe et metteur en scène et je présente dans le Out un spectacle qui pourrait vous intéresser...
Thérèse Navarian était occupée à s'entretenir avec un pigeon en émettant des "puit puit petit petit" et n'avait pas encore levé la tête vers Sybille.
-...et euh je pense que euh un spectacle autour des cas de personnalités multiples pourrait vous séduire, c'est un traitement spatial assez inventif euh enfin je crois en toute modestie...
- puit puit tssit tssitt petit petit
-...euh...j'ai présenté une étape de travail au Frigidaire. Elle eut un bon accueil...
Thérèse s'était arrêtée de parler au pigeon et Sybille crut voir, à l'annonce du nom du Frigidaire, qu'elle levait les yeux au ciel derrière ses grosses lunettes noires.
-...je vous laisse un flyer...
- Pff, un "flyer"...
- enfin, un tract, quoi.
Sybille se sentait s'enfoncer dans la gelée rose vue la veille. 
Thérèse soupira.
- Ecoutez ma petite, dit-elle en s'allumant une cigarette, je suis très occupée, surtout maintenant. Envoyez un dvd à mon assistant.
À cet instant, le flux de Mioussac fit dériver vers elles le metteur en scène Jean-Jacques Dormant qui reconnut Thérèse.
- Ma grande amie Thérèse Navarian.
Thérèse retira ses lunettes et Sybille put voir ses petits yeux mesquins s'agrandir et s'allumer.
- Ah, Jean-Jacques, quel délice.
Jean-Jacques fit une bise bien appuyée à la directrice du Transit qui tremblait de bien-être. Il embrassa aussi Sybille en lui disant "salut ma Sybille". Thérèse se figea.
"Tu connais ma nièce ?" dit-il à Thérèse, qui, bouche ouverte, ressemblait à un crapaud.
Sybille Gofroid n'avait jamais utilisé sa parenté avec le célèbre metteur en scène Jean-Jacques Dormant et son oncle l'avait toujours compris.
- Justement, nous faisions connaissance. Ta jolie nièce me racontait son spectacle. Trrrrès intéressant.
- Oui, j'aime beaucoup son travail.
- Je pense qu'il faut que vous me contactiez personnellement à la rentrée.
Et Thérèse tendit sa carte à Sybille qui avait l'impression d'être le jouet de dieux terribles et sourds.

Elle continua sa distribution de flyers avec un sentiment d'écoeurement et de satisfaction.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire